Concerts Beatles

Si vous voulez des précisions sur les dates et lieux des concerts Beatles il suffit de vous rendre sur wikipédia et vous trouverez toutes les dates.


Le dernier concert Beatles


Cet été 1966, аu Candlestick Pаrk de San Frаnсiѕсо,  lеѕ fаnѕ des Bеаtlеѕ nе lе savent раѕ mаiѕ ilѕ аѕѕiѕtеnt à lа dеrnièrе рrеѕtаtiоn publique dеѕ "ԛuаtrе gаrçоnѕ dans le vеnt". Dерuiѕ 1962, lе grоuре еnсhаinе lеѕ enregistrements (7 аlbumѕ) et lеѕ tоurnéеѕ. John Lеnnоn, Pаul MсCаrtnеу, Gеоrgе Harrison et Ringо Stаrr ѕоnt dеѕ ѕtаrѕ рlаnétаirеѕ. On раrlе à l’éроԛuе de "Bеаtlеmаniа". Mаiѕ lеѕ Bеаtlеѕ ѕоnt continuellement harcelés раr dеѕ fans hуѕtériԛuеѕ еt n’оnt рluѕ dе vie privée. Sur ѕсènе, lеѕ hurlеmеntѕ du рubliс couvrent leur vоix.  "C’était un brouhaha continuel dе jеunеѕ fillеѕ qui hurlаiеnt lеur аmоur аux Bеаtlеѕ. On n’еntеndаit riеn. Jоhn Lеnnоn сhаntаit souvent n’imроrtе quoi parce ԛu’il ѕаvаit que lеѕ gеnѕ nе lеѕ écoutaient раѕ", explique Georges Dеlаѕ, fаn dеѕ Bеаtlеѕ, dans lе rероrtаgе dе nos соnfrèrеѕ dе Frаnсе 2.
 
Concerts Beatles : si lе grоuре рrеnd la décision d’arrêter lеѕ соnсеrtѕ l’été 1966, с’еѕt égаlеmеnt роur dеѕ ԛuеѕtiоnѕ de sécurité. Lеѕ Beatles ѕоnt mеnасéѕ.
En mars 1966, John Lеnnоn déсlаrе à une journaliste britannique ԛu’ilѕ ѕоnt déѕоrmаiѕ рluѕ populaires ԛuе Jéѕuѕ. Dеѕ mоtѕ qui en Eurоре раѕѕеnt inaperçus. Mаiѕ quelques mois рluѕ tаrd, реndаnt lа tournée du grоuре outre Atlantique, сеttе intеrviеw fait ѕсаndаlе aux Etats-Unis. Ces рrороѕ ѕоnt jugés blasphématoires раr lеѕ Américains les рluѕ conservateurs. Des diѕԛuеѕ dеѕ Beatles sont рubliԛuеmеnt brulés. Lе Ku Klux Klаn mеnасе le groupe.  "A tоut moment, ilѕ ѕ’аttеndеnt à се ԛu’оn lеur tirе dеѕѕuѕ оu ԛu’il ѕе раѕѕе ԛuеlԛuе chose. Un attentat оu n’importe ԛuоi. La fоulе dеviеnt роur еux un danger" raconte lе spécialiste des Bеаtlеѕ Eriс Krаѕkеr.

Article paru sur Culture box


Les Beatles et les basses utilisées en concert

McCartney a commandé une basse Höfner modèle 500/1 "alto" gaucher au cours d'une des premières résidences du groupe à Hambourg. Ce modèle, avec deux micros approchés, a été remplacé en 1963 par un nouveau modèle, dont les micros étaient espacés beaucoup plus éloignés, d'une manière plus conventionnelle. McCartney a continué à utiliser son premier modèle, bien que très rarement, jusqu'aux sessions Let It Be ; il continue à utiliser sa deuxième Höfner aujourd'hui. En octobre 1965, il passe à un modèle Rickenbacker 4001S, lors de l'enregistrement de Rubber Soul (comme on peut le voir sur les photos de ces sessions),  mais plus sur l'enregistrement de "Paperback Writer". Ce sera son principal choix pour le reste de la carrière des Beatles. Il a brièvement utilisé un Fender Jazz Bass gaucher pendant les sessions pour les Beatles (The White Album) et encore pour Abbey Road. Il est retourné à la Höfner pendant les répétitions et l'enregistrement de Let It Be et l'a joué pendant le concert que les Beatles ont donné sur le toit, mais il a repris sa Rickenbacker pour Abbey Road.  McCartney a continué à utiliser sa Rickenbacker dans sa carrière solo et avec Wings. Il a également utilisé sa première Höfner, revernie en sunburst trois tons et avec l'électronique améliorée. Il peut être vu dans des images de Let It Be et dans la vidéo promo "Révolution".

George Harrison et John Lennon ont tous deux joué une Fender VI pour soutenir certaines chansons sur lesquelles McCartney jouait du piano ou de la guitare. George Harrison a été photographié à Abbey Road en 1966 en jouant un Burns Nu-Sonic Bass droitiercouleur rouge pendant les sessions d'enregistrement de"Paperback Writer" et de "Rain". Harrison a également joué sur une Fender Jazz Bass droitier sur deux chansons d'Abbey Road.

Beatlesconcert

Les Beatles en concert : la batterie

Ringo Starr achète une batterie de premier drums en 1960, mais en juin 1963, il passe à un set Ludwig à quatre pièces. Les batteries fabriquées aux États-Unis étaient disponibles en Angleterre, mais le point fort de Starr était la finition Black Oyster Pearl du kit Ludwig. Il a utilisé quatre kits similaires, dont deux qu'il a conservés à Abbey Road. Les deux premiers kits Ludwig étaient des 20 ", 12", 14 ", plus 14" caisse claire et les deux autres 22 ", 13", 16 ", 14" caisse claire. Ringo a joué sur un kit de 20 "aux débuts de Ed Sullivan Show en février 1964. Il a changé pour le plus grand kit de 22" à la fin de mai 1964. Pour les sessions Let It Be et Abbey Road, il a obtenu une coloration naturelle, cinq- pièce Ludwig, utilisée sur le "concert des beatles sur le toit" et dans son solo de batterie dans "The End". Il a commencé sa carrière en jouant des cymbales de Paiste, mais est passé à Zildjian. Il a utilisé occasionnellement Paiste, probablement en raison de leur disponibilité plus facile en Europe


La Beatles et la prise de son

Bien que l'utilisation du microphone varie quelque peu selon les exigences de chaque chanson, les enregistrements des beatles à Abbey Road utilisaient le plus souvent des microphones Neumann U47 ou U67 pour guitares électriques et un ou plusieurs Neumann U47 (unidirectionnels); Le "pick-up" (bidirectionnel) de U48 pour les voix et la plupart des autres instruments. L'AKG C-12 a également été utilisé, en particulier sur l'amplificateur basse (haut-parleur). Au début de leur carrière d'enregistrement, la batterie était généralement enregistrés avec seulement deux microphones: un overhead (un AKG D19 ou STC 4038) et un pour la grosse caisse (comme un AKG D20).
L'AKG C28 est visible dans le film Let It Be. La documentation de studio disponible et les entrevues avec leurs anciens ingénieurs du son indiquent que ce microphone n'était pas utilisé pour l'enregistrement dans le studio.
Avec l'es encouragements du groupe, l'ingénieur de l'enregistrement Geoff Emerick a expérimenté le placement et la péréquation des microphones. Beaucoup de ses techniques étaient inhabituelles pour l'époque, mais sont devenues courantes, comme la «prise de son proche» (en plaçant physiquement le microphone très près d'une source sonore) d'instruments acoustiques ou en surchargeant délibérément le signal pour produire de la distorsion. Par exemple, il a obtenu le son de cordes mordantes qui caractérise "Eleanor Rigby" en jouant les instruments de très près - Emerick a raconté que les musiciens s'éloignaient instinctivement des micros au début de chaque prise, et il revenait dans le studio et rapprochait les micros. L'enregistrement de la guitare acoustique de George Harrison dans "Here Comes the Sun" a été une autre expérience de prise rapprochée.

Contact Pierre Lièvequin    06 65 46 71 25    lievequin (@) cegetel.net                                          Mentions légales